Journal International de Victimologie

La Revue scientifique de victimologie et traumatisme psychique depuis 2002 - ISSN 1925-721X

Mercredi
28 Septembre 2016
Taille du texte
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Home Archives Par numéro JIDV 08 Approche des processus d'évaluation des actions de support psychosocial des victimes de catastrophe

Approche des processus d'évaluation des actions de support psychosocial des victimes de catastrophe

Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 
AddThis Social Bookmark Button

DOSSIER: GESTION PSYCHOSOCIALE DES CATASTROPHES


 

JIDV 8 (Tome 3, numéro 1 - Octobre 2004)   

Auteur

Psychologue
Cellule Plan National Psychosocial de Catastrophe, expert pour la Commission Fédérale d’Aide psychosociale
Centre de Psychologie de Crise, Dépt. de Santé Mentale, de l’Hôpital Central de la Base- Reine Astrid, Défense.

   

Mots-clés

Catastrophes ; support spychosocial ; victimes 


 

INTRODUCTION

 

D

eux questions se posent à tout intervenant offrant un support psychosocial aux victimes. Premièrement: ai-je offert le meilleur service (qualité des actions menées) et deuxièmement : mon intervention est-elle efficace (quel est le résultat obtenu) ? Ces deux questions légitimes sont généralement abordées de manière naturelle et subjective, tout le monde cherche à connaître l'impact de ses actions et l'appréciation faite par le "client". Cependant, l'objectivation et la systématisation de ces évaluations sont nettement plus complexes qu'il n'y paraît. En effet, l'intervenant s'intègre souvent dans un processus de soutien psychosocial regroupant différents acteurs et institutions et pour un nombre élevé de victimes.

De plus, évaluer nous renvoie au concept, maintenant classique dans le monde du travail, de Qualité (du genre Total Quality management, normes ISO). La Santé publique et le secteur de la santé mentale en particulier n'échappent plus à ce concept de qualité de service rendu. Le monde de l'humanitaire  (UNHCR[i], MSF, Handicap International, CICR) et nombre d'ONG[ii] mènent une réflexion sur la qualité des services offerts et sur la pertinence ou non des critères permettant de développer des programmes de soutien psychosocial ou de santé mentale. 

Deux publications récentes de la revue Stress et Trauma, approchent la problématique de l'évaluation des actions de soutien psychologique voire psychiatrique lors d'interventions de crise dans le cadre des actions menées par les CUMP.

Le premier dresse notamment le bilan des interventions suite aux inondations du Tarn-Sud (M.Passamar, B. Vilamot, O. Tellier)[iii]. Travail de bilan remarquable par sa pertinence dans le relevé des multiples facteurs influant sur les actions des CUMP lorsque les conditions de travail deviennent complexes.

Le deuxième concerne directement notre propos et s'intitule : "Comment évaluer les effets différés des interventions des Cellules d'Urgences Médico-Psychologiques ? » (R. FRANC et Coll.)[iv]. Ce dernier pose clairement le problème de l'évaluation de l'efficacité des interventions, où l'absence d'indicateurs fiables pour évaluer laisse libre court soit au fantasme de toute puissance (notre intervention est parfaite), soit au désespoir et à l'impuissance (notre action est dommageable). Nous allons essayer de dégager quelques pistes qui permettent d'approcher les mécanismes d'évaluation de manière un peu plus large et "constructive". Notre souci est de ne pas nuire aux victimes en intervenant, de ne pas survictimiser (et ce quelles que soient les méthodes utilisées ou la philosophie des actions mises en place) et certainement de créer un contexte favorisant le retour à un équilibre sociopsychologique qui permette aux victimes de retrouver leur autonomie. A ce titre les processus d'évaluation doivent faire partie intégrante des structures développées et devenir un des outils de gestion des interventions psychosociales. Par conséquent, l'évaluation de l’efficacité des interventions de soutien psychologique ne peut se résumer au suivi de l'état psychopathologique des victimes.

 (...)

Télécharger l'article au complet en PDF

 

 
 
 
 En cas de problème, contacter Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.    
 

PROMOTION DU 30 JUIN AU 18 SEPTEMBRE 2016

Téléchargement de 10 livres numériques (en PDF); 1048 pages; + de 150 auteur(e)s psychologues et chercheurs 

 

29 euros 100 euros ou 33,34$ (29$+TPS/TVQ au Québec)

 

Le traumatisme psychique (119 pages) + Les violences conjugales (126 pages) + Victimes d'abus sexuel: lecture victimologie et psychotraumatologique (125 pages) + Violences au travail: lecture victimologie et psychotraumatologique (112 pages) + Traumas de guerre (93 pages) + Les enfants victimes d'événements traumatiques (124 pages) + Psychotraumatologie et Victimologie (127 pages) + Les personnes âgées victimes de violences (77 pages) + Les enfants dans les violences conjugales (53 pages) + Victimologie et psychotraumatologie interculturelles (92 pages).

Le sommaire des 10 livres: cliquez ici

29 euros : 

Votre courriel (les livres vous seront envoyés sur cet email)

ou

 

33,34 $ canadiens 

Votre courriel

   

 

 

 

  

 


 

 

 

Articles du numéro en cours: Gratuit 

Articles des anciens numéros (plus de 200 articles écrits par des universitaires et cliniciens):
Tarif Étudiant:  2 euros ou 3 $CAD par article
Tarif Normal:  3,9 euros ou 5 $CAD par article   

 

ABONNEMENT POUR LES BIBLIOTHÈQUES UNIVERSITAIRES SEULEMENT :

ACCÈS POUR LES BIBLIOTHÈQUES UNIVERSITAIRES SEULEMENT :

  


 
Les Cahiers du JIDV (LIVRE NUMÉRIQUE):

n°1 Le traumatisme psychique (119 pages) : en savoir +

n°2 Les violences conjugales (126 pages) : en savoir +

n°3 Victimes d'abus sexuel: lecture victimologie et psychotraumatologique (125 pages) : en savoir +

n°4 Violences au travail: lecture victimologie et psychotraumatologique (112 pages) : en savoir +

n°5 Traumas de guerre (93 pages) : en savoir +

n°6 Les enfants victimes d'événements traumatiques (124 pages) : en savoir +

n°7 Psychotraumatologie et Victimologie (127 pages) : en savoir +

n°8 Les personnes âgées victimes de violences (77 pages) : en savoir +

n°9 Les enfants dans les violences conjugales (53 pages) : en savoir +

n°10 Victimologie et psychotraumatologie interculturelles (92 pages) : en savoir +

 

9,90€ ou 14,90$ (CAD) le cahier

Recueil thématique d'articles rédigés par des chercheurs et cliniciens canadiens (québécois), français, belges, algériens, ivoiriens, anglais (en français), ivoiriens, congolais, tunisiens, rwandais, israéliens et suisses 

 


 

 

Formations continues en ligne (- 10% avec le code JIDV)

facture et attestation nominative disponibles


Renseignements : e-psy.education  



Agenda

 

Formation en ligne: Traumatisme psychique chronique & Deuil compliqué

Formation en ligne - Trouble de stress post-traumatique et Deuil compliqué : Symptômes, ...

 

Adolescents délinquants et leurs parents

Les adolescents délinquants correspondent à une pluralité de logiques psychiques e...

Le JIDV en quelques mots

Le Journal International De Victimologie est reconnu comme REVUE QUALIFIANTE PAR LA 16ème SECTION (PSYCHOLOGIE) DU CONSEIL NATIONAL DES UNIVERSITÉS (CNU) français.
La revue a signé un contrat avec EBSCO Publishing, ce qui permet une indexation de la revue dans des centaines de bases de données en criminologie, sciences sociales et humaines, et psychiatrie. 
Les soutiens du JIDV: le Centre International de Criminologie Comparée (CICC); l'Axe Internet et Santé du Réseau de Recherche en Santé des Populations du Québec, le laboratoire de recherche sur les psychotraumatismes de l'Institut Universitaire en Santé Mentale Douglas et l'Université McGill
Créé en 2002, le Journal International de Victimologie (JIDV) est une revue scientifique dotée d’un comité de pairs (peer-reviewed). Cette revue a pour vocation de diffuser le plus largement possible les résultats de recherches et de pratiques sur le sujet de la victimologie par le biais de l’Internet (www.jidv.com). Il y a 2 numéros par an. Le JIDV s’adresse donc à toutes les personnes travaillant avec des victimes, quel que soit leur pays, leur discipline (criminologie, psychologie, sociologie, anthropologie,…) et leur école de pensée.